Social Text Divider

SUIVEZ LES HISTOIRES DE NOS MENEURS DE JEU SUR LES RÉSEAUX SOCIAUX DE WILSON

Kaitlyn Long

Kaitlyn Long

« Inouï. Extraordinaire. Stimulant. »

Opératrice de machines de surpiqûre, 4 ans

Kaitlyn Text Divider

Kaitlyn Long a grandi à seulement dix minutes en voiture de la Wilson Football Factory à Ada, dans l’Ohio, mais d’emblée, elle a une confession à faire. « Je n’avais jamais regardé un match de football avant de travailler ici, » admet-elle en plaisantant. Les choses ont pourtant bien changé pour Kaitlyn depuis qu’elle a passé les portes de l’usine pour la première fois il y a près de 4 ans.

Dans la banlieue calme et communautaire d’Ada, tout le monde connaît quelqu’un qui travaille à la Wilson Football Factory. Naturellement, lorsque Kaitlyn, alors coincée à un poste qui ne la passionne pas, entend parler de cette opportunité, elle n’hésite pas une seconde. Après seulement un an d’apprentissage et de perfectionnement dans son métier d’opératrice de surpiqueuse, Kaitlyn reçoit le feu vert pour le voyage dont rêve tout le monde à l’usine : le Super Bowl. « Inouï. Extraordinaire. Stimulant, » déclare-t-elle, décrivant l’émotion qu’elle a ressentie lorsqu’on lui a demandé d’assister au plus grand match de la planète. « Lorsqu’ils m’ont demandé de m’y rendre, j’ai pleuré. »

Le métier de Kaitlyn est exclusivement dédié à la couture des ballons de football américain NFL. Il était donc tout naturel qu’elle soit responsable de la couture des ballons qui finiront sur le stade ultime. Lorsqu’on lui demande quel est son moment favori du jeu, elle n’a aucune hésitation : « le premier coup d’envoi. À cet instant, toute l’attention est portée sur le ballon. »

« Cela vous rend très fier. »

Donna Conley

Donna Conley

Donna Quote Text Divider

« C’est une grande satisfaction de savoir que le fruit de notre travail
est digne de prendre place sur la scène mondiale. »

Laceuse, 32 ans

Donna Text Divider

Lors de son premier jour de travail en 1986, Donna Conley a appris l’art de lacer les ballons de football américain du même professeur qui lui avait enseigné les plus importantes leçons de vie : sa mère. « Si tu choisis un métier, fais-le correctement et sois fière du travail que tu accomplis, » raconte-t-elle en se remémorant les valeurs que lui a inculquées sa mère dès le premier jour. Avec une telle structure, il n’est pas surprenant que Donna soit devenue un pilier du métier, laçant des ballons de football américain pour l’usine de Wilson depuis plus de 32 ans.

L’usine est tellement ancrée dans la vie de Donna qu’elle est devenue bien plus qu’un simple lieu de travail. « Ce bâtiment est chargé d’histoire, » précise-t-elle, faisant allusion au fait que sa mère, ses tantes, sa sœur, ses frères, ses cousins et désormais son neveu Jimmy ont tous travaillé au sein de l’usine de ballons de football. Elle y a même rencontré son mari, tourneur, mais il leur a fallu passer un an à travailler ensemble avant qu’il n’ose l’inviter à sortir. « (L’usine) a constitué une grande partie de ma vie. »

Avec une telle expérience, le processus constant et immuable de la fabrication des ballons de football pourrait vite se transformer en routine, mais la période du Super Bowl anime toujours le bâtiment. « L’excitation est à son comble, » dit-elle, « on arrive plus tôt le matin et on sait que l’heure est arrivée. »À ses yeux, peu de choses se comparent à la fierté de voir le ballon sur le terrain le dimanche du Super Bowl : « c’est une grande satisfaction de savoir que le fruit de notre travail est digne de prendre place sur la scène mondiale. »

« Vous savez que chaque personne ayant travaillé sur le ballon a mis tout son cœur à l’ouvrage. C’est un moment particulier de le voir sur le terrain. »

Jimmy Conley

Jimmy Conley

Jim Text Divider

Les registres officiels attestent des 10 années de service de Jimmy Conley en tant que tourneur au sein de la Wilson Football Factory. Ce qu’ils ne disent pas, c’est que le parcours de Jimmy a commencé bien plus tôt, quand il avait tout juste 10 ans. Le père de Jimmy, tourneur à l’usine depuis 20 ans, remarque l’intérêt de son fils et lui apprend à tourner un ballon de football avec un manche à balai.

« À ma grande surprise, c’était bien plus difficile qu’il n’y paraissait », se souvient Jimmy en riant. Le caractère étonnamment physique de cette partie intégrante du processus de fabrication des ballons de football ne lui fit pourtant pas peur, et Jimmy emprunta le même chemin que son père. « Cela fait maintenant 42 ans que je travaille ici. Cela a toujours été une affaire de famille à mes yeux, » dit-il pour décrire son expérience à l’usine au sein de laquelle sa tante et son oncle travaillent actuellement. « Je connais la plupart des gens ici depuis que je suis tout petit ».

Ce sont ce lien familial et cette passion qui ont amené Jimmy à s’intéresser au football américain, et son père fut sa source d’inspiration. « Tout ce qu’il voulait, c’était nous transmettre sa passion. »Jimmy a maintenant l’opportunité de transmettre à son tour sa passion pour ce sport à ses propres enfants qu’il entraîne au football américain junior. En tant que tourneur à l’usine, il occupe une position unique : celle de réaliser les ballons pour le Super Bowl, ainsi que les ballons destinés aux équipes juniors comme celle qu’il entraîne. « La joie sur le visage de mes enfants quand je leur dis que j’ai fabriqué ce ballon de football met vraiment les choses en perspective, » explique-t-il.

Que ce soit pour le terrain d’un des plus grands stades ou pour l’un de ses entraînements, Jimmy exige la perfection pour chaque ballon qu’il tourne. Le dimanche du Super Bowl, la boucle est bouclée. « Je connais la fierté, les efforts et la persévérance engagés dans la fabrication de ces ballons de football, » poursuit-il, « c’est une grande étape pour nous. »

Cette année, Jimmy assistera au Super Bowl pour la première fois, et ses tatouages facilement reconnaissables, rendant hommage en grande partie à sa famille qui l’a tant influencé, sauront le démarquer parmi les artisans fabriquant les ballons de football sur le site.« Ils me rappellent chaque jour pourquoi je me lève et fais ce que je fais. »

Pam Boutwell

Pam Boutwell

Pam Quote

« Je suis reconnaissante de pouvoir me lever chaque jour et
faire un travail que j’aime et pour lequel je suis compétente. »

Laceuse, 24 ans

Pam Text Divider

Il suffit de passer devant la maison de Pam Boutwell pour voir sa classique Dodge 35 entourée d’un jardin de fleurs minutieusement planté pour comprendre à quel point elle est habile de ses mains. Après 24 ans de carrière en tant que laceuse à la Wilson Football Factory, l’enthousiasme de Pam pour son travail ne faiblit pas, particulièrement à l’approche du Super Bowl.

« On a comme une montée d’adrénaline lorsque l’on se rend à l’usine pour lacer les ballons du Super Bowl ». Chaque étape pour fabriquer les ballons pour le Super Bowl avant le coup de sifflet final des championnats de conférence est réalisée la semaine précédente. Le dimanche soir et le lundi matin, le rythme déjà effréné s’accélère car il faut finir et inspecter chaque ballon à temps.

Artisan chevronnée de la course au Super Bowl, Pam a assisté à 8 matchs en personne, présentant son travail aux fans lors de la Fan experience de la NFL. « Les gens viennent toujours me voir pour me demander quel est mon vrai métier, » raconte-t-elle enjouée, « ils ont du mal à croire que tout est réalisé à la main. » Quel que soit le nombre de fois qu’on lui demande d’assister au match, elle est toujours reconnaissante : « c’est un tel privilège, » répète-t-elle.

Mais une fois le match lancé, impossible de faire taire l’artisan en elle dès qu’elle aperçoit le ballon. « Je prie pour qu’il tourne et vole bien, et qu’il tienne sur la durée. Lorsqu’ils montrent un plan rapproché du ballon, je vérifie toujours les lacets. » C’est ce perfectionnisme qui stimule chaque jour son enthousiasme, et si le Super Bowl est une superbe opportunité, c’est un sentiment bien plus simple qui la maintient motivée.

« Je suis reconnaissante de pouvoir me lever chaque jour et faire un travail que j’aime et pour lequel je suis compétente. »